Relation homme- femme

Comment communiquer avec le sexe opposé?

On vient vraiment de 2 planètes différentes. Notre façon de voir le monde n’a rien à voir. J’en ai eu la preuve encore ce soir au retour du travail.

Je rentre à la maison content de retrouver ma petite famille… Je vois sur son visage que la journée n’a pas été simple ! Je la connais plutôt bien cette mine. Je la vois plutôt souvent ces derniers jours.

-« Alors quoi de neuf ?» me lance t-elle.

-« Ben pas grand chose… »

Mes journées défilent et se ressemblent. Je sors le matin, je prends le train, j’allume mon ordi, je réponds aux e-mail, j’éteins mon ordi, je reprends le train et je suis à la maison ! Je ne vois vraiment pas ce que je pourrais lui raconter qui puisse sortir de l’ordinaire…

Elle enchaîne :

 Franchement j’ai vraiment passé une journée… »

May day, may day ! Alerte maximale. Je sais déjà comment ça va se passer. Elle va me raconter tout ce qui s’est mal passé pendant la journée dans les moindres détails. Je vois un nuage de mauvaises ondes qui se rapproche de manière menaçante. Résultat: On va passer la soirée chacun dans son coin parce qu’on se sera pris la tête.

Le récit que je viens de vous conter est une illustration classique de la façon de communiquer propre aux hommes et aux femmes.

Je n’aime pas trop généraliser mais je pense que vous serez d’accord avec moi. Nous avons une façon de voir le monde et de nous exprimer qui est DIFFÉRENTE.

Quels sont ces comportements propres à chacun ? Comment est-il possible qu’il y ait des schémas de communications, déterminés selon le genre des personnes? Comment pourrait-on corriger nos penchants naturels ? Y a t-il des techniques qu’on pourrait utiliser pour mieux communiquer et éviter les disputes inutiles ? 

Les comportements hommes-femmes

La femme est fortement reliée à ses sentiments

La femme a besoin de parler et d’exprimer son ressenti. Elle a besoin de se connecter à l’autre de manière immédiate et spontanée. Elle a besoin de déverser tout ce qu’elle a accumulé qui la stresse ou la tracasse. Ces besoins peuvent être physiologiques, de sécurité ou d’estime. cliquez sur ce lien pour en savoir plus sur la pyramide des besoins

D’ailleurs, elle communique plus facilement ses sentiments aussi lorsqu’elle passe un moment agréable. La preuve ? J’ai espionné les discussions de ma femme sur ses groupes whats app. On y trouve : des photos de ce qu’elles ont mangé, ce qu’elles font avec les enfants, les disputes avec leur mari… Jamais vous trouverez ce genre de chose sur les groupes de discussions de mecs.

Lorsque les femmes veulent quelque chose. Elles le veulent tout de suite. Elles s’attendent à avoir une réponse spontanée à leurs préoccupations.

L’homme rationnel

L’homme en général ne s’exprimera pas beaucoup. Il s’exprime moins spontanément et pas aussi naturellement. Il a besoin de temporiser, pour voir si la situation ne s’améliore pas d’elle même, ou bien, il a besoin d’avoir un peu plus de recul pour savoir comment il doit réagir. Ça vous est peut être déjà arrivé mesdames de parler à votre homme sans pour autant obtenir de réponse à ce que vous disiez. Ça pourrait être pris pour de la nonchalance ou même, une façon d’esquiver mais, généralement c’est juste la façon dont fonctionne les hommes. C’est juste que l’information est entrain d’être traitée par le cerveau…

Alors on peut se poser la question : Comment s’explique le fait que les hommes et les femmes se comportent de cette manière ?

Les hommes et les femmes sont prédétérminés socialement

Au delà de nos histoires personnelles la façon dont la société nous a modelée est déterminante pour expliquer nos comportements.

Imaginez que votre fille tombe et se fasse mal. Vous aurez peut être tendance à la prendre dans vos bras pour la consoler. Si ça arrivait à votre garçon vous le prendriez aussi dans vos bras mais le discours serait différent : « aller il faut que tu sois fort, les garçons ne pleurent pas ». Les garçons ont plus tendance à être stimulés au niveau physique contrairement aux filles qui le sont plus au niveau communication.

Des jugements différents selon le genre

Certaines émotions sont considérées de façon différente selon si elles viennent d’un homme ou une femme. L’appréciation de la colère est différente selon si c’est un homme ou une femme qui la laisse exploser. L’homme en colère sait « taper du poing sur la table ». Si c’est une femme elle sera considérée comme hystérique dans la même situation.

Un homme qui pleure se fera peut être juger comme étant faible. L’émotion ou la tristesse est un trait de caractère que les hommes ne peuvent pas se permettre de montrer au grand jour dans notre société occidentale car elle révèle une fragilité et donc forcément une faiblesse. Par contre, chez une femme, ce même sentiment laissera transparaitre une certaine sensibilité plutôt bien vue dans notre société.

L’intériorisation du jugement social

Ces critères, à la fois sociaux et culturels, conditionnent la façon dont nous nous comportons les uns avec les autres. Ces valeurs sont intériorisées et donnent lieu à une communication antagoniste chez les hommes et les femmes. Les femmes ont besoin d’exprimer leurs sentiments tout de suite alors que les hommes auront tendance à temporiser une éventuelle réponse car ils ont été conditionnés à ne pas laisser transparaitre leurs émotions et à faire plus facilement appel à la rationalité.

Une expérience à été menée pour savoir si les petites filles était naturellement moins bonnes en maths que leurs camarades masculins. Il se trouve que c’est la société qui les a incitées à penser qu’elles étaient moins douées dans cette matière. Et le résultat, c’est qu’elles mêmes y croyaient. A partir du moment où ces étiquettes étaient retirées, elles ont montré que les maths n’étaient pas une question de genre.

Cliquez sur ce lien pour lire l’article expliquant cette étude

La génétique

Même si c’est à contre courant de ce qu’on peut lire actuellement, je suis convaincu que les hommes et les femmes ont des comportements déterminés génétiquement. Quand je regarde ma fille je vois bien qu’elle a une tendance naturelle à parler. Elle parle, elle parle, elle ne se lasse jamais. Elle n’a que 3 ans. Son frère lui, grimpe partout où il peut : le garage, les portes, les arbres.

Les Solutions

Pour éviter les conflits et évoluer dans un environnement serein et propice à l’épanouissement, il serait judicieux de corriger quelques mauvaises habitudes de communications acquises inconsciemment.

La communication positive

Apprendre à écouter

On se concentre bien souvent sur l’art oratoire au détriment de l’écoute. Pourtant il est indéniable que cette capacité d’écoute est aussi importante voire plus importante.

L’écoute est un super pouvoir et celui qui en est privé est condamné à être seul et incompris.

Quelqu’un qui sait écouter, peut se connecter directement à son interlocuteur. Écouter ne veut pas forcément dire le faire exclusivement avec ses oreilles. On peut écouter avec les yeux, ou même avec le cœur et comprendre des choses qui ne sont pas forcément exprimées verbalement. C’est la définition de l’empathie.

Nelson Mandela accompagnait son père lors des conseils des responsables de tribu. Son père était le chef de tribu et à ce titre, les membres du conseil venaient lui exprimer leurs réclamations.

Ce qu’en a retenu le fils est remarquable : Son père ne prononçait pas un seul mot avant que tout le monde ait terminé de parler. Cela lui permettait d’avoir une vision complète de ce que lui exposait les membres du conseil. Il les laissait s’exprimer librement et pouvait donc recueillir le maximum d’informations avant de donner son jugement. Il pouvait jauger les éventuelles tensions ou rivalités qui pouvaient exister entre les membres du groupe.

L’empathie

Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas exprimer ses frustrations pour essayer d’y trouver une solution. Encore une fois la communication est primordiale pour l’équilibre de chacun et la bonne entente. Cependant il y a l’art et la manière de formuler ce qui ne va pas. Il est toujours agréable lorsqu’un sujet est abordé avec empathie et bienveillance.

L’empathie peut se produire sur 3 niveaux :

  • partager des émotions avec les autres
  • faciliter à comprendre les sentiments des autres
  • la bienveillance.

J’insiste sur ce dernier point. La bienveillance est la clé d’un couple qui dure. Si chacun se soucie du bien être de son conjoint ça facilite grandement le succès de la relation.

Des comportements contre intuitifs

Eviter d’être impulsif

L’impulsivité est une chose à bannir dans la communication. Bien souvent les paroles prononcées sous le coup de la colère sont irréversibles et empirent la situation. L’attitude la plus adaptée est de se taire en attendant que les esprits se calment. Si on est la victime de ces invectives, refusez de discuter dans ces conditions et isolez vous.

« Tu es le maître des paroles que tu n’as pas prononcées ; tu es l’esclave de celles que tu laisses échapper » Lao-Tseu

Changer de façon de voir

Apprendre à être objectif

Nous interprétons les comportements des autres selon le logiciel qui tourne dans nos têtes. Vous connaissez cette petite voix qui a tendance interpréter ce qui nous arrive toujours sous le mauvais angle. Par exemple si je dis “y a pas de repas ce soir?”. Ca pourrait être interprété par “T’as pas fait à manger, c’est ton boulot”. Ca peut aussi bien être juste un constat “Je vois qu’il n’a pas de repas sur la table, ce soir… on fait quoi on commande une pizza?”

Il est important de faire taire cette voix intérieur et se basé sur les faits et uniquement les faits.

Apprendre à tourner les phrases autrement

La plainte ou le reproche est un poison qui n’a d’autres conséquences que la dévalorisation de l’autre et la dégradation de la relation. Par définition, un reproche est le fait de blâmer quelqu’un ou quelque chose pour la situation qu’on subit. Il ne serait pourtant pas si difficile que ça de tourner la phrase un tout petit peu différemment.

La plainte ou le reproche peuvent s’exprimer à la fois avec les mots mais aussi, à travers le ton que vous utilisez pour vous exprimer.

Proposer des solutions

Il est encore plus appréciable si on a réfléchi en amont à une façon de résoudre le problème. Au lieu de dire : « Ca fait 3 semaines que tu dois repeindre le mur, j’en ai marre de vivre dans le bazar » On pourrait dire par exemple : J’ai demandé à ma sœur de garder les enfants ce weekend, pendant que toi tu repeins le mur moi je m’occupe de… »

Agir sur ce qui est en notre pouvoir

On est responsable de ce qui nous arrive

Ca peut paraître un peu brutal mais, on n’est jamais totalement passif à ce qui nous arrive. On pourrait peut être essayer de travailler sur l’aspect sur lequel on a de l’emprise plutôt que de remettre systématiquement la faute sur l’autre.

La patience

Certaines situations ne sont pas agréables et malheureusement dans l’immédiat, il peut être difficile voire impossible de trouver une solution au problème rencontré. Dans ce cas, il faut garder à l’esprit que tout ce qui nous arrive n’est qu’une épreuve.

Chez nous, musulmans, on appelle ça « el qadr » qu’on pourrait traduire par le destin. Cette idée est commune à d’autres courants philosophiques comme le stoïcisme par exemple. Si je ne peux pas agir sur ce qui m’arrive, je patiente en gardant à l’esprit que ce qui est de prime abord une situation défavorable peut être une épreuve ou bien encore un bienfait déguisé.

Par exemple si j’ai échoué à obtenir le poste de mes rêves auquel j’ai postulé peut être qu’il en est mieux ainsi. Peut être qu’obtenir ce poste m’aurait fermé la porte pour une opportunité encore meilleure.

Vivre sa vie

Se focaliser sur le moment présent

Au lieu de se focaliser sur ce qui ne va pas concentrons nous plutôt sur ce qui va. On ne se rend pas toujours compte des bienfaits qui nous entourent. Nos enfants, nos conjoints, notre famille, nos amis sont des bienfaits.

La faculté de voir les choses de manière positive est essentielle pour vivre de manière enjouée et profiter de toutes ces relations.

Selon une études récente, les relations, plus que l’argent ou la réussite professionnelle, sont responsables du sentiment d’auto accomplissement et de bonheur des gens. A nous de développer et de faire fleurir ces relations.

Commencer par s’occuper de soi

Acquérir cette philosophie ne se fait peut être pas du jour au lendemain et demande une pratique quotidienne. Aussi, pour commencer à voir les choses de manière plus positive, commencez par prendre soin de vous. Faites des choses qui vous plaisent, aller chez le coiffeur, décorez votre maison, aller vous promener dans la nature, recentrez vous sur vous même. Cela aura pour effet de diminuer votre stress et de vous ouvrir à des sensations positives.

Nous fonctionnons différemment. Nos gênes, la société nous ont conditionnés à être qui nous sommes avec nos qualités et nos défauts. Ça n’est pas une fatalité, il est possible de travailler sur soi pour avoir une relation plus harmonieuse. Chacun doit combattre son égo et réagir avec empathie et bienveillance. De cette manière les échanges deviennent plus constructifs et on peut espérer vivre dans un environnement serein.

Encore une chose à savoir pour vous messieurs:

Il y a 3 choses dont les femmes ont besoin pour vivre : boire, manger et les compliments

Chris Rock humoriste américain

Vous voulez réagir à cette article n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez. Laissez nous un comm.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

One Reply to “Comment communiquer avec le sexe opposé?”

  1. Merci pour cet article très bien écrit ! Je découvre votre blog à tous les deux et j’aime bcp la philosophie qui s’en dégage. Pour en revenir à l’article il m’a énormément fait pensé à un livre “les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus”… Clairement même s’il ne faut pas mettre les gens dans des cases il y a tout de même des tendances 🙂 Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *