enfants lisant un livre

Les 13 idées reçues sur l’Instruction en Famille

Nous sommes en Septembre. La plupart des enfants ont repris le chemin de l’école. C’est à nouveau l’heure de répondre aux questions concernant votre choix de ne pas scolariser votre enfant. C’est aussi le moment où le doute se fait plus pesant pour les parents qui se lancent dans le projet de l’Instruction en famille. Les remarques désapprouvant votre décision vous blesseront peut-être. Et vous vous énerverez de devoir sans arrêt, vous justifier.

Pas de panique voici un article qui, je l’espère, renforcera vos convictions et vous confortera dans votre choix de faire l’instruction en famille. Nous allons reprendre toutes les idées reçus dont on nous a faire part et y répondre.

« Il vaut mieux suivre le bon chemin en boitant que le mauvais d’un pas ferme »

Saint Augustin

Les normes sociales

Idée reçue #1  Les enfants faisant l’instruction en famille manquent de relations sociales 

C’est la remarque par excellence contre l’Instruction en famille. Contrairement à ce que l’on peut croire, faire l’IEF ne signifie pas rester cloitré à la maison assis sur une chaise à longueur de journée comme pourrait l’être un enfant scolarisé.

Plus de temps pour jouer

Le temps consacré aux cours formels ne représente chez nous que très peu de temps. Il est vrai que nos enfants sont encore petits mais c’est la même chose chez la plupart des enfants non scolarisés. Ceux qui sont un peu plus grands peuvent passer de 2 à 3 heures par jour à étudier selon les envies et les progrès de chacun. C’est bien assez pour étudier et assimiler un travail que la plupart des étudiants scolariser passeront plusieurs heures à étudier.

Un tissu associatif important

Le reste du temps les enfant peuvent côtoyer les autres enfants non scolarisés. Et il y en a plus que vous ne pensez. Des rassemblement de familles « unsco » se font un peu partout. Ces rassemblements sont très hétérogènes car ils regroupent des gens provenant de divers horizons et de classes sociales différentes.

Les activités

Nos enfants font aussi du sport en club. Bahia n’est pas encore inscrite à cause de son jeune âge. Moussa fait du judo. Il a essayé l’escalade,l’escrime la natation, la gym. Notre démarche est de leur faire découvrir plusieurs disciplines pour qu’ils sachent ce qui leur plait réellement. Ça leur permet aussi de fréquenter d’autres enfants de leur âge et surtout d’acquérir des valeurs qui sont importantes pour nous, comme par exemple l’accomplissement de soi, la résilience, le goût de l’effort etc

A notre avis les enfants en IEF ont beaucoup plus d’occasions de se sociabiliser qu’à l’école car ils ont plus de temps à consacrer à cela. A l’école, les seuls moments propices pour se faire des amis sont : le quart d’heure de récréation le matin et l’après midi et éventuellement le temps du repas. En dehors de ça toutes conversations ou échanges est prohibé.

Idée reçue #2 L’Instruction en famille (IEF) les rendra   incapable d’affronter les autres

Femme s'entrainant au combat

L’Instruction en famille (IEF) est très souvent interprétée à une crainte des parents de voir leur enfant se faire agresser.

Ça peut être le cas en effet, mais le choix de l’instruction en famille en tous cas d’après ce qu’on a pu voir dans notre entourage, ne se fait pas pour cette raison. Ca n’est pas notre motivation première. On ne peut pas nier que ça existe. Bien sûr nous voulons protéger nos enfants contre tous types d’agressions qu’elle soit physique ou psychologique; qu’elle vienne des élèves ou même de la mauvaise influence de certains professeurs.

Qui n’a jamais entendu parler de harcèlement à l’école? Nous ne voyons pas où est le mal à vouloir protéger son enfant.

Je revois encore mon ami me dire: “Ca ne sert à rien de les surprotéger ça ne les rendra que plus faiblesquand ils devront se confronter aux autres”. Selon les personnes qui pensent de cette manière, il faudrait que leur enfant affronte les autres pour ne pas se laisser marcher sur les pieds.

Nous sommes d’accord qu’il faut qu’ils apprennent à se défendre. Mais il ne faut pas oublier qu’on parle d’enfants. Je ne suis pas sure que les jeter dans l’arène soit la meilleure solution. Et si ils n’y arrivaient pas ? Le risque est qu’ils n’aient pas le mental pour surmonter la difficulté. Pour nous c’est en se construisant soi même qu’on peut commencer à interagir sereinement avec les autres.

La construction de soi

Nous naissons avec des prédispositions naturelles. Le caractère et nos talents innés en font parti.

Le tempérament et le caractère sont présents et prédéterminés génétiquement dès la naissance. Cependant, l’environnement externe à aussi une influence sur la réaction de chacun face à l’adversité. En grandissant il est évidemment possible de reprendre de l’emprise sur nos émotions et d’ailleurs l’un des rôles des parents est de les aider à grandir avec leurs émotions.

Cliquez sur le liens suivant pour en savoir plus sur la formation du caractère chez l’enfant 

Avoir peur mais le faire quand même

La crainte fait partie de chacun d’entre nous. Les façons de surmonter cette peur peuvent être apportées par l’environnement de l’enfant, le conditionnement et les encouragements.

Contrairement aux préjugés, l’instruction libre peut permettre à l’enfant de renforcer sa personnalité pour affronter les autres de manière plus sereine. L’enfant évolue dans un environnement bienveillant et favorable à la construction de soi.

Critiques des parents

Vous l’aurez compris, c’est là qu’on parle de ceux qui critiques ouvertement vos choix éducatif (vous les parents indignes). Leur jugement se fait plutôt par des allusions. Alors plutôt que de vous énerver expliquez leur…

Idée reçue #3 Il faut bien qu’ils apprennent quelque chose

L’instruction libre n’est pas un moyen trouvé par les parents qui ont du mal à se lever le matin pour ne pas accompagner leurs enfants à l’école. Les enfants apprennent énormément de choses. Et ils le font sans se forcer. Lorsqu’ils sont jeunes les enfants sont curieux de tout. Il suffit donc de leur servir ce qu’ils ont envie de déguster.

Idée reçue #4 Vous n’avez pas le niveau suffisant et la pédagogie nécessaire pour instruire. 

femme en burn out

Le niveau scolaire

Il n’est pas nécessaire d’avoir un quelconque diplôme pour instruire son enfant lorsqu’il est en primaire.

Pendant les premières années, le parent dispose du niveau d’étude requis pour enseigner la lecture et les savoirs basiques en mathématiques (ces matières sont mises en avant instinctivement par quiconque voudrait jauger le niveau scolaire d’un enfant).

Au-delà de ces matières, il suffit de se documenter un minimum pour traiter le contenu du programme scolaire pour les petites sections. Nous ne disons pas qu’il faut se restreindre au programme scolaire, mais en France tout du moins, un contrôle se fait par l’inspecteur d’académie pour vérifier que les fondamentaux sont acquis. Nous sommes donc un peu obligé de feuilleté ce programme à un moment ou à un autre.

Lorsqu’ils sont un peu plus grand le niveau du parent enseignant peut être remis en cause si le parent à des lacune dans certaines matières. Dans ce cas rien n’empêche de sollicité un professeur particulier pour cette matière. Nous sommes d’accord tout ça a un coût mais il est important de comprendre que ça en vaut la peine. Pour nous c’est un investissement.

Les débuts de leur apprentissage en IEF (instruction en famille) devraient permettre aux enfants d’acquérir plus d’autonomie et de pouvoir se documenter eux même tout en suivant leur cours par le biais de livres ou d’internet. Les cours par correspondance sur internet permettent de recevoir des retours sur leur travail par un professeur agrée.

La pédagogie 

Certains décident d’adopter des pédagogies alternatives comme celle de Montessori, Waldorf ou Freinet par exemple. Bien sûr, s’y intéresser est appréciable car il est plus agréable d’évoluer dans un cadre prédéfinit qui aborde les connaissances de manière pédagogique et facile à assimiler.

Enseigner tout en étant le parent n’est pas une mince affaire, il faut faire preuve de beaucoup de patience et de doigté. Le thème de l’éducation est très vaste et il faut avoir un certain savoir faire pour  essayer de corriger les mauvais comportements et encourager les bons en ayant recours à des moyens appropriés .

Savoir être

Idée reçue #5 Il faut avoir une patience à toute épreuve pour pouvoir faire l’instruction libre 

Contrairement à ce que vous pourrez voir sur les autres blog ou article sur l’IEF, nous admettons volontiers qu’il est parfois difficile de garder son sang froid. D’ailleurs je pense régulièrement que ce n’est pas fait pour moi lorsque je laisse la fatigue et mes émotions me submerger. Ceci n’est pas une fatalité ! j’essaie de me soigner, ce blog nous aide justement à rechercher les techniques pour nous améliorer et nous former pour donner la meilleur éducation possible à nos enfants.

Etre parent est un métier à part entière. Pourtant personne ne nous à enseigner à devenir bon à cela…

Au-delà de la pédagogie il est important de se former à communiquer et se comporter avec les enfants. L’éducation positive n’est, selon nous, pas un effet de mode. On en parle de plus en plus dans les médias. Notre façon de nous comporter avec les enfants a des conséquences sur leur bien être et leur développement psychologique.

Les sorties avec les membres de l’association dont je fais parti m’aident beaucoup. Ce genre de rencontres m’aide à recharger les batteries car les enfants, quand ils sont entre eux, demandent moins d’attention et je peux discuter tranquillement avec les adultes qui sont présents.

Idée reçue #6 Les parents IEF sont irresponsables 

L’IEF est une négligence qui peut être dangereuse et compromettre l’avenir des enfants 

Nous sommes des parents qui voulons la réussite de nos enfants. Nous avons été nous même écoliers et connaissons les points forts et les points faibles du système scolaire.

Avec l’éclairage des récentes découverte en neurosciences, les plus grands experts de l’éducation admettent qu’il faut, non pas réformer le système éducatif , mais carrément le révolutionner.  Cliquez sur le lien suivant pour découvrir pourquoi nous pensons que l’école a besoin de se réinventer

L’école ne peut pas rester la même que le siècle dernier et devra se réinventer pour s’adapter à chacun des élèves. Le temps de l’éducation standard pour tout le monde est dépassé. L’éducation doit devenir personnalisée.

Quel véritable risque les parents font vraiment peser sur les épaules de leurs enfants ?

Nous avons choisi cette manière d’instruire nos enfants malgré la difficulté que cela peut représenter. Nous sommes convaincus que rien qui n’en vaille la peine ne s’acquière dans la facilité. Si nous voulons que nos enfants pensent par eux même et soit éduqués avec nos valeurs, nous devons fournir ces efforts.

En tous cas, la peur de ne pas réussir ne peut pas être le moteur de nos prises de décisions. Nous ferons du mieux que nous pouvons et on verra bien où cela nous mène.

Idée reçue #7 Ceux qui font l’IEF ont idéologie trop radicale 

Nous comprenons que remettre en question un modèle aussi communément admis que l’école peut faire peur. Mais la peur ne doit pas être le frein de l’innovation. Chaque révolution est passée par les 3 étapes suivantes : « c’est ridicule »,  « c’est dangereux », « c’est évident ».

Idée reçue #8 Vous risquez de gâcher son potentiel 

Nous ne comptons pas sur l’école pour révéler le potentiel de nos enfants. Le rôle des parents en IEF est de faire découvrir le maximum de sujets différents justement pour que l’enfant puisse manifester son intérêt. Ces connaissances pourront par la suite être approfondies jusqu’au point désiré.

Si par la suite, l’enfant décide d’approfondir un sujet en particulier, les parents pourront toujours faire appel à un professeur capable de répondre à ses interrogations. Il n’est pas non plus impossible que l’enfant désire reprendre une scolarité dans un cursus normal. C’est d’ailleurs ce qui arrive souvent à partir d’un certain âge.

Idée reçue #9 Ils auront des difficultés à être re-scolarisés si un jour ils en ont envie

Nous connaissons pas mal d’enfants qui ont étés rescolarisés.

Pour la plupart la reprise se passe très bien et ils sont même en avance sur le programme.

Ils se réadaptent assez facilement, surtout lorsque la décision de re-scolarisation vient d’eux.

Pour d’autres la reprise est un peu plus difficile car ils rentrent dans un cadre qui est beaucoup plus rigide que ce qu’ils avaient l’habitude d’avoir. Dans ce cas ou ils persévèrent ou ils reviennent à l’IEF mais cette fois ci sans regret.

Idée reçue #10 Vous transposez votre mauvaise expérience de l’école sur votre enfant 

Il est vrai que je n’ai pas un excellent souvenir de l’école mais je pense pouvoir faire la part des choses. Je pense que notre démarche est une note d’espoir, plutôt qu’un regard aigri sur le passé. Nous sommes plus séduits par l’école libre que nous ne sommes dégouté par l’école.

Une carrière compromise

Idée reçue #11 Ils n’arriveront pas à avoir un bon travail sans diplôme 

Tout d’abord ça n’est pas parce qu’on à un bon diplôme qu’on a forcément réussit professionnellement. Le contraire est aussi vrai. Aujourd’hui on recherche des compétences chez les postulants plutôt que des diplômes . Les recruteurs valorisent de plus en plus les parcours et les expériences .

Nous avons un ami, qui, sans son bac en poche est devenu PDG d’une entreprise employant plus de 70 personnes. Sa boite!

Apres tout cela dépend de ce que veut dire “réussir professionnellement “. Soigner des angines et de rhumes à longueur d’année n’est pas plus épanouissant que de souder des tuyaux.

Mon amie  m’a confié qu’elle avait demandé au cardiologue qui suivait son fils (qu’elle voyait quotidiennement) pourquoi il faisait toujours la gueule et pourquoi il ne souriait jamais ? eh bien vous savez ce qu’il lui a répondu ? il déteste son travail, car il n’a pas de vie de famille, il ne voit jamais ses enfants et passe sa journée et ses weekend dans son cabinet. Il aurait préféré faire 9-16h et passer du temps avec sa famille.

Idée reçue #12 Personne ne voudra les  embaucher sans diplômes

Personne n’a dit qu’ils n’obtiendraient pas de diplôme. Ils pourront toujours intégrer le cursus scolaire lorsqu’ils auront plus de maturité et surtout lorsqu’ils en exprimeront le désir. Vous savez ce qui ce qui serait encore plus gratifiant? Qu’ils aient le potentiel de créer leur propre emploi, comme le fond la plupart des personnes qui ont suivi l’instruction hors école.

Idée reçue #13 Ils seront indisciplinés et auront du mal à suivre les règles

Nous mettons Moussa un jour par semaine en centre aéré, il pratique également le judo. Nous avons beaucoup d’éloges quant à son comportement lors de ses activités : “il écoute les règles”, “c’est le plus sage”.

Euuuh (je regarde derrière moi) vous parlez bien de mon fils ?

Ce qui dérange le plus à notre avis, c’est le fait que L’instruction en famille (IEF) est une remise en cause d’une institution établie depuis plus d’un siècle par laquelle tout le monde est passé et qui se fait appeler « l’école de la république ». Autrement dit si vous remettez en cause l’école et son efficacité vous remettez en cause les valeurs de la république. Et oui rien que ça ! Ce que nous remettons en cause c’est bien le fait que cette institution et ce qu’on y apprend est identique depuis que l’école a été créée ! Ne serait il pas temps de rafraichir les murs et laisser place à un enseignement tenant compte des différences de chacun?

Vous avez envie de partager quelque chose qu’on vous à dit sur votre façon d’éduquer et d’instruire vos enfants? Laissez nous un commentaire.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 Replies to “Les 13 idées reçues sur l’Instruction en Famille”

  1. Je trouve cet article très pertinent, surtout actuellement. Il nous oblige à remettre en cause des idées reçues concernant l’éducation en famille. Par contre je dois dire, que pour avoir du faire le CNED un an à mes enfants car nous étions à l’étranger sans accès à un lycée français… cela ne s’improvise pas…

    1. Oui je suis d’accord ça ne s’improvise pas! Encore moins chez les jeunes adultes. Même si les tendances sont actuellement à l’auto formation: MOOC, Tuto, conférences Ted, forum de discussions… Tiens ça pourrait faire un bon sujet d’article! merci pour ton comm!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *