Comment l’instruction en famille (IEF) a commencé pour nous

Notre première rencontre avec l’instruction en Famille (IEF)


Nous avons croisé le chemin de l’instruction en famille (IEF) un petit peu par hasard au gré des rencontres. Au début nous étions carrément contre. Je me souviens avoir réagi à un message sur un forum où une personne disait qu’elle ne scolarisait pas son enfant. Ce qui nous est venu à l’esprit c’était: “C’est chaud! Le pauvre gosse il va être H24 devant son cahier? En plus il peut délirer avec personne. Le lien social c’est important”

J’ai fais un petit article qui traite des préjugés qu’on a eu et que notre entourage a sur l’instruction en famille cliquez sur ce lien pour lire l’article

Karima a ensuite, fait la rencontre d’un groupe de familles qui se réunissaient près de chez nous pour une visite de ferme pédagogique. Après quelques discussions la graine a commencé a germer. Ça n’était plus la réaction allergique du forum de discussion qui se reproduisit. C’était plutôt: “ c’est sympa quand même et les enfants et parents ont l’air épanouis ”.

Enfin, lors de notre pèlerinage à la Mecque en 2015 nous avons rencontré et échangé sur le sujet, un pro IEF convaincu et assez convaincant. Ils pratiquent, lui et son épouse, l’IEF depuis près de 10 ans. A notre retour il n’y avait plus de doute. Nous nous engagions dans l’aventure.

Notre éducation

Bon bien sûr dans la pratique c’est beaucoup moins évident que sur le papier. Qui dit IEF dit éducation positive et bienveillante. Nous étions à des années lumière de ces idées. Nous avions tendance à reproduire les habitudes avec lesquelles nous avons été élevés. Bon… pas tout a fait! On est beaucoup plus “soft” que nos parents.

Il faut avouer que les anciens ne faisaient pas dans la dentelle: humiliation, violence verbale, quelque fois corporelles. Ce sont des mots qui font peur et qui mettent mal à l’aise c’est vrai. Attention ce n’étaient pas des tortionnaires, c’est pas du tout mon propos. Ils ont fait avec ce qu’ils ont pu et avec les moyens du bord.

Ce n’était pas dramatique loin de là. C’était le quotidien de beaucoup de personnes à l’époque quelle que soit la culture d’origine et le milieu social . C’était “normal”. Après tout, à cette époque même les instituteurs nous giflaient ( si, si je vous assure). Je parle bien de l’école en France pas celle du bled, on est d’accord.

Devant l’adversité il faut faire preuve d’ingéniosité. Nous avions développé des techniques pour  faire face : quand on savait que ça aller barder on doublait les couches de vêtements, on s’enfermait dans les toilettes, le temps que ça se décante un peu. Le martinet, vous connaissez cet outil de torture, vendu en grande surface à l’époque… A la fin il ne lui restait que très peu de cordes… du coup on se prenait le bâton de bois… On apprend de ses erreurs!

Morale de l’histoire : Je ne pense pas que ce genre de pratiques nous empêchait de nous comporter mal. Mais en tout cas, ça nous rendait assez inventifs !

Nous sommes sans doute,conditionnés, par les remarques désobligeantes de nos parents, de nos anciens professeurs… C’est ce que nous dit Idriss Aberkane, docteur en Neuroscience,  dans son livre « libérez votre cerveau » auquel je me réfèrerai souvent dans mes articles. Ca s’appelle « l’impuissance apprise ». En gros on est conditionnés par les jugements et les barrières mentales qu’on nous a mis depuis notre plus jeune âge.

Les premiers pas

En tous cas c’était clair pour nous. Nous n’allions pas faire les mêmes erreurs !

Il fallait refaire notre culture parentale et reprendre tout depuis le début. Alors on se renseigne sur l’éducation positive, on lit des livres, on regarde des blogs. Trop bien !

Sur le terrain ça ne donne pas tout à fait la même chose.

Bon sang c’est nous qui sommes nuls ou ce sont eux les super parents ? Au début on pensait que ça venait de nous. Pourtant on a mangé du Faber et Mazlich à tous les repas ! (C’est le nom des auteurs du classique de l’éducation positive : “Parlez pour que votre enfant écoute et écoutez pour que votre enfant parle.” (Oui c’est tout ça le titre lol), on a fait des formations ,et c’est très difficile de mettre en pratique .Ensuite on s’est  dit… que les réseaux sociaux et autres blogs ne reflétaient pas forcément la réalité (tout est beau, tout est rose)

Malgré nos efforts d’apprentissages, on s’est rendu compte que ça allait être chaud de se taper les gosses sans péter un câble. Comment ils font tous les parents qu’on voit sur Facebook ou instagram pour ne pas en jeter un par la fenêtre ? Je vous donne le secret: C’est des mythos. L’éducation parfaite n’existe pas! 

Des nouveaux horizons

On s’est ensuite interroges sur le fait que, seule face aux monstres ça serait difficile de tenir le rythme. C’est pas facile une journée IEF quand il pleut et qu’on obligé de rester à la maison. Toute seule à gérer toutes les tâches périphériques. Ça sera surement plus facile tous ensemble. Du coup j’ai revêtu ma cape et est arrivé à la rescousse, et j’ai pris mon Congé parental de 6 mois. Ça n’existe qu’au Luxembourg un congé parental aussi long. En plus les 2 parents peuvent en bénéficier.

6 mois à la maison, en Moselle, dans la grisaille… C’est pas comme ça qu’on s’imaginait un congé parental. Et si on partait au soleil ? Ca serait l’occasion de tout recommencer à zéro. Notre nouveau départ. Oui ok. T’es sûre? On fait quoi de tous nos meubles? Fais tes valises on verra plus tard!

L’idée du blog

« Si vous gardez les poings fermés vous n’obtiendrez que quelques grains de sable. Mais si vous ouvrez les mains, vous obtiendrez tout le sable du désert»

Dogen (maitre zen japonais 1200-1253)

Ainsi est venue l’idée de notre blog. Déjà on voulait immortaliser notre voyage et ensuite on s’est dit que ça pourrait être bien de partager notre quotidien avec d’autres parents qui se posent peut être les mêmes questions que nous. Donc notre objectif, c’est de vous faire découvrir nos difficultés, nos joies, nos réussites en espérant pouvoir partager avec vous ce qu’on a appris. Si ça peut profiter à d’autres parents passant par les mêmes difficultés tant mieux.

Sans plus tarder on va faire les présentations, c’est par ici 

 

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *