Voyage en Famille

4 mois en Asie avec nos bébés. Questions/ Réponses

“Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas, n’en lisent qu’une page”

Saint Augustin


Dans cet article, nous avons réalisé une série de questions-réponses à propos de notre voyage en famille. Ces questions reprennent un condensé de notre expérience de voyage. Nous désirons être totalement transparents avec ceux qui nous lisent au risque de nous dévoiler chacun un peu plus. Nous y aborderons entre autres, les moments agréables comme les moments qui l’étaient moins. Cet article, qui se veut introspectif, répondra peut-être à certaines de vos questions de futurs voyageurs.

 


Quels pays avez vous fait et à quelle période de l’année ?

Abdel et Karima : On a commencé par l’Indonésie, nous avons fait Bali et Lembonghan island, la saison des pluies débutait alors nous sommes partis à Singapour.

De Singapour nous avons pris le bus pour partir en Malaisie,où nous avons bien vadrouillé dans tout le pays.

De la Malaisie nous sommes partis à Hong Kong, où nous devions chercher nos visas pour la Chine … il nous fallait les actes de naissance originaux des enfants donc on a dû annuler notre périple dans l’empire du milieu.

De Hong Kong nous sommes partis au Japon durant 3 semaines.

Nous avons quitté le froid du pays du soleil levant pour le soleil de la Thailande, où la aussi , la vadrouille était de mise du Nord au Sud .

Enfin on a tellement aimé Singapour que nous avons passé notre dernière semaine la bas avant de revenir .

Quel souvenir gardez vous de vos 4 mois en Asie en mode sac à dos ?

Abdel :J’en garde un souvenir assez mitigé.

J’imaginais que ce serait beaucoup plus facile. Avant de partir, j’avais cette image en tête. Je me réveillerai aux aurores pour faire ma prière, puis j’aurais enfilé ma paire de baskets pour mon footing matinal. Je serai rentré à la villa où ma petite famille serait en train de prendre son petit déjeuner dans le calme. Ensuite, après un bon jus de mangue bien mérité, nous serions allé dans la jungle pour observer la nature. Au gré de nos escales nous aurions rencontré des personnes avec qui nous nous serions liés d’amitié.

Dans les faits le résultat n’était pas aussi idyllique

Les premiers jours n’ont pas été faciles à vivre. Je me souviens de notre séjour à Amed sur l’Ile de Bali. Le bruit des chiens et autres animaux de la ferme qui étaient à coté du homestay où nous étions, ne nous avaient pas laissé fermer l’oeil. Les enfants se réveillaient en premier dès l’apparition du soleil. Voyager avec des enfants peut être fatiguant.

Malgré cette frustration nous sommes sûres que les cette expérience restera ancrée en chacun d’entre nous. Ce qui est sûr c’est que ce voyage nous à permis de quitter notre zone de confort et contribué á relever notre niveau de résistance au stress.

« Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. »

On en apprend beaucoup sur soi et sur les autres pendant ce genre de voyage. Il faut en effet oublier le train-train quotidien et être ouverts à l’inconfort. Quand je dis inconfort je ne parle pas forcément des lieux où on a posé nos valises. Les villas et appartements que nous avons loués était plutôt haut de gamme. Je parle de l’inconfort lié à la fois au voyage, au fait d’avoir des enfants avec soi, et le nomadisme.

Ce n’est pas une mauvaise chose. L’inconfort et la prise de risque, peu importe la situation, sont les conditions indispensables pour grandir, prendre sa vie en main et progresser. La vie est bien plus palpitante dans ces conditions.

Moussa nous dit assez souvent qu’il aimerait repartir. Nous sommes ravis qu’il ait lui aussi attrapé le virus de la vadrouille

♦Karima : Si c’était à refaire je le referais sans hésiter !

Je garde de très bons souvenirs de ce voyage.

La liberté, le soleil, le nomadisme (ça j’ai adoré), je n’aime pas la routine et j’aime lorsque mes journées ne se ressemblent pas.

Des vacances pendant 4 mois que demander de plus ?


Quelles sont les qualités qu’il faut avoir pour partir avec de si jeunes enfants?

♦Abdel: Je pense qu’il faut aimer voyager et surtout avoir envie de partager une expérience forte qui marquera l’histoire de votre petite famille.

En management on appelle ça un “team building”. Autrement dit c’est une façon de renforcer les liens entre membres d’une même équipe pour se connaitre mieux dans un contexte hors travail. Le but est d’en découvrir un peu plus sur l’un et l’autre et de construire une équipe plus soudée. Pour nous, c’était en quelques sortes un “family building”

♦Karima : les qualités qu’il faut c’est ne pas avoir peur de prendre des risques, tout lâcher ici (c’est ce qu’on a fait) et partir sans savoir si on va revenir. Une forte confiance en soi et en son conjoint !

Une patience de fer , qui va être mise à rude épreuve durant ce voyage.


Quel était votre pire souvenir?

Abdel : Mon pire souvenir est sans doute l’hospitalisation de Karima et Bahia.

Karima se sentait mal depuis quelques jours déjà (fièvre, perte d’appétit, fatigue) Elle s’est résolue à aller consulter lorsque nous sommes arrivés à Kuala Lumpur. Nous pensions qu’un traitement serait suffisant, mais ils ont préféré les garder en observation.

Après avoir été testées positives au virus de la grippe (influenza B en anglais), nous avons tous dû passer le test. Bahia aussi était infectée.

Ne connaissant pas la traduction en français et tout le protocole mis en place par les médecins, nous étions un peu paniqué à l’évocation de cette maladie. Les médecins jugeaient l’état de Bahia préoccupant car les bronches pourraient être encombrées.

Heureusement le système de santé est réputé pour être l’un des meilleurs au monde en Malaisie. En effet nous avons été pris en charge assez rapidement dans la clinique privée Taman Desa Center. Bien mieux qu’aux urgences en France. Les médecins étaient diplômés des universités du Royaume unis donc pas de panique, ils savent ce qu’ils font.

Heureusement nous avions pris une assurance voyage. Nous avons dû payer l’hospitalisation de notre poche mais avons était remboursé après avoir fourni les justificatifs. ( environ 3000 euros )


Et votre Meilleur souvenir?

Abdel : Ca serait peut être la rencontre avec les dauphins à Lovina sur l’Ile de Bali. Nous étions en petit bateau motorisé. C’était impressionnant de les voir sauter et nager de chaque coté du bateau. Les enfants étaient fascinés et jetaient des regards à droite et à gauche pour les voir.

Karima: Mon meilleur souvenir… il y en a plusieurs : C’était peut être la fois où nous sommes partis en excursion pour voir les lucioles à bord d’un petit bateau. Le repas juste avant s’est fait dans un cadre apaisant devant un magnifique coucher de soleil sur le fleuve.

Ou peut être était-ce la fois où nous nous sommes baladés dans une jungle luxuriante à borneo, on a vu les orangs outans. A ce moment, une pluie diluvienne s’est abattue sur nous…je me suis réfugiée dans une petit abri de fortune. J’en ai profité pour faire une petite séance de yoga improvisée. Assise en tailleur et j’ai essayé de mettre en éveil mes sens pour ressentir et capturer cet instant magique. C’était magnifique.

Le plus bel endroit?

Nous aimons la nature. La jungle est un endroit qui nous enchante. Nous avons pu y faire des excursions lorsque nous étions dans le parc de Bako sur l’Ile de Bornéo. Les enfants ne nous ont pas dérangés contrairement à ce qu’on aurait pu craindre. Moussa a marché pendant près de 3 heures et demi.  Il grimpait sur les racines des arbres et en escaladait les rochers avec l’aide des lianes. Pendant cette excursion nous avons vu un crocodile, des nasiques, un cochon sauvage, des serpents.

Karima : Je garde un très bon souvenir de la jungle. J’ai aussi beaucoup aimé Singapour, ce mélange de cultures dans un seul pays est extraordinaire. On se balade, on se retrouve en Inde, puis en Orient (Arab street), en Chine (Chinatown), aux States (orchard road avec ses énormes boulevards) et ses Gardens by the Bay juste MA-GI-QUES !

La tolérance y est de mise la bas et c’est ce que j’aime lorsque je vais quelque part. On ressent vraiment l’harmonie du métissage …


Avez-vous fait de belles rencontres?

Abdel : Les rencontres que nous avons faites n’ont malheureusement pas débouchées sur une amitié forte. Le temps passé sur place était trop court. Nous avons tout de même rencontré des personnes très sympathiques. Je pense à Sulahudin à Bali avec qui nous sommes restés en contact sur les réseaux sociaux.

Karima : J’aime toujours rencontrer des français en voyage … Ça me procure du réconfort de parler français à l’étranger avec quelqu’un d’autre que ma famille. Le lien se fait plus naturellement. Au Japon par exemple, il faisait froid et je rêvais d’une bonne petite soupe et une tarte salée comme celle qu’on mange en France … eh bien figurez vous qu’on est tombés sur un salon de thé dont le cuistot était français. Il faisait des tartes salées, sucrées et des soupes !!! On a discuté. C’était le moment d’avoir l’avis d’un résident étranger sur le pays. D’ailleurs, il nous a donné une toute autre image du Japon …


Quelle était la situation la plus cocasse?

Abdel : Passer Noel et Nouvel an au soleil ! Loin du froid et de la neige, le kiffe !! Des sapins, des guirlandes sous 35 degrés …

Karima : Peut être la fois ou je me suis retrouvée nez à nez avec un requin citron. J’aimerais vous dire que j’ai regagné le bateau à la nage avec un style maitrisé. La réalité c’est que j’ai failli me noyer tant la panique m’a prise ! Heureusement, selon notre accompagnateur les requins à cet endroit sont inoffensifs.


 Notre plus grande frayeur ?

Abdel : L’hospitalisation de Karima et Bahia à Kuala Lumpur …J’ai eu un coup de stress.

Karima : On a égaré Moussa deux fois: une fois à l’aéroport de Singapour et une autre fois à Hong Kong au marché…Malgré l’espèce de “harnais” qu’on avait acheté pour éviter ce genre de situation, Moussa à réussi à se soustraire a notre vigilance l’espace de quelques secondes… minutes… On ne sait pas trop. Ces secondes nous ont paru être une éternité…

J’avais peur aussi que les enfants tombent malades… Mais à part la grippe ça s’est bien passé.


 Votre plus grande surprise?

Abdel: L’Asie regorge de cultures et d’ethnies différentes. Étant nous même musulmans, on voulait plus particulièrement aller à la découverte des éthnies musulmanes. J’ai été surpris de voir comment ils vivent en harmonie avec les autres éthnies et comment leurs valeurs de partages et du souci de l’autre sont placés au centre de leurs relations et de leur vie.

Karima : L’hôtel Mercure Kota Kinabalu en Malaisie… le directeur de l’hôtel nous a entendu parler français et, ni une ni deux, ils nous a surclassés …avec petit Dej … c’était le meilleur hôtel de notre voyage …les croissants, le fromage …. Un très bon souvenir


 Que feriez vous de différent ?

Abdel et  KarimaParmi les choses qui nous ont le plus dérangées, la réservation des logements était vraiment très fastidieuse. Cela nous prenait entre 2 et 4 soirées pour décider de l’endroit où nous allions poser nos bagages. Le choix était assez vaste. Cela a certainement contribué à nous rendre la tâche plus difficile.

Nous avions décidé de rester entre 4 et 5 jours en moyenne dans chaque ville. Nous visitions les sites principaux AIRBNB, Booking, Agoda et essayions de comparer les meilleures offres. Si c’était à refaire nous pensons qu’il aurait été plus raisonnable de passer 1 mois entier dans une ville stratégique. Cela nous aurait permis de visiter les endroits à un rythme plus lent et aussi de lier des liens avec les personnes. Cela peut aussi vous permettre de négocier les prix des loyers.

Je pense qu’on aurait du prendre beaucoup plus de temps pour nous, individuellement, et pour notre couple. On aurait aussi pu faire garder les enfants beaucoup plus souvent, s’organiser de manière à avoir du temps libre chacun de notre côté.


Y a t-il des bienfaits à voyager avec des enfants ?

Abdel : Voyager avec des bébés n’est pas facile. Mais je pense que le bénéfice est largement supérieur aux inconvénients. C’était l’occasion de partager une expérience unique avec eux. Clairement c’est une aventure qui nous marquera à vie. En ce qui concerne le couple c’est l’occasion d’apprendre l’un de l’autre. On a bien sûre vécu des situation désagréables. Mais elles ont peut-être eu pour bienfait de renforcer nos liens.

Karima : C’était une expérience en famille inoubliable. On a pu tester nos limites et celles des enfants. On s’est rendus compte d’une capacité d’adaptation qu’on n’imaginait pas.


Au niveau financier, ça a donné quoi?

Les 2 premiers mois les comptes ont été tenus avec beaucoup de rigueur. On notait tout ce qu’on dépensait. On était en mode “pince”. On a fini par lâché du leste car tenir les comptes commençait à devenir pesant. Même si c’était un voyage assez long on voulait quand même en profiter. On avait de quoi se le permettre l’Etat Luxembourgeois est plutôt généreux avec ses allocations congés parentaux. On n’avait pas de loyer à payer en France. L’Asie reste une destination abordable pour les européens.

Si vous avez d’autres questions qui n’ont pas été traitées dans cet article, nous nous ferons un plaisir d’y répondre.

 

 

 

 

Voyager avec les enfants, quel intérêt?

Le mindset baroudeur 

état d'esprit voyage enfantsComme toute expérience qui sort du commun, lorsque nous avons annoncé à nos proches que nous allions partir plusieurs mois avec nos enfants pour voyager à travers l’Asie, nous avons eu plusieurs types de réactions. La réaction a d’abord été de prendre à la rigolade notre projet. Ensuite, dans un second temps, il y a eu de l’incompréhension et enfin de la crainte. Autant vous dire que si vous aussi, avez ce projet, vous avez intérêt à avoir foie en votre projet car les remarques dont vous ferez l’objet vous feront peut être hésiter ou douter à vous lancer.

Ayez un “Pourquoi?”

Pourquoi avez vous décidé de voyager avec vos enfants alors que vous auriez pu rester dans votre routine habituelle? Qu’est sensé vous apporter cette expérience?

Nous vous conseillons vivement de réfléchir aux raisons qui vous poussent a vous mettre dans une situation inconfortable. Vous vous poserez surement ces questions lorsque vous serez confronter à l’incompréhension de vos parents lorsque vous leur expliquerez le projet. Ou bien encore lorsque vous serez réveillés au milieu de la nuit par vos enfantqui sont encore réglés sur le fuseau horaire français.

Les raisons de voyager avec vos enfants

  • Vous pensez que le temps passé en famille à plus de valeur que celui passé au travail
  • Vous pensez que c’est une opportunité qui ne se reproduira peut être pas et vous n’avez pas envie de vivre dans le regret.
  • Vous avez hâte de faire découvrir le monde dans toute sa diversité à vos enfants.
  • Vous pensez que vos relations familiales en ressortiront renforcés.
  • Vous pensez que le voyage a des vertus que vous ne trouverez pas dans d’autres expériences.
  • Vous avez tout simplement envie de partir et c’est pas les mioches qui vous arrêteront!

Ne laisser pas votre entourage vous décourager 

Ne les laissez pas vous mettre le doute. Il ne faut pas leur en vouloir non plus, cela est tout à fait naturel d’être effrayé par ce qui est inhabituel. Préparez vous à entendre ce qui suis et ayez les contres arguments. Le but n’est pas de les convaincre mais plutôt de ne pas vous laisser vous décourager. 

Y a t-il intérêt à partir avec des enfants si jeunes ? « Les enfants sont trop petits et ne se souviendront de rien »

Au moment où nous sommes partis nos enfants avaient 3,5 ans et 1 an.

Malgré son jeune âge Moussa se remémore souvent des épisodes de notre voyage et nous racontes des anecdotes que nous avions nous même oubliés. Il se souvient par exemple de la fois où nous avons visité la tribu indigène et désormais musulmane du Sarawak. L’un des membres de la tribu a pris deux bâtons pour faire du feu

Bahia ne fait pas d’allusion au voyage. Elle était surement trop jeune pour se souvenir mais ça lui fait quand même plaisir de se voir sur les photos entrain de regarder un singe au dos argenté. Peut-être que ce voyage à eu des vertus que nous ne soupçonnons pas… Selon de récentes études la qualité des liens affectifs avec les parents pendant leurs premières années influence profondément le développement affectif et social de l’enfant. Les fondements de la personnalité se construisent dans la petite enfance. .

Au delà du souvenir

Apres tout, le fait qu’ils s’en souviennent ou pas est il vraiment important ?

Nous sommes convaincus que cette expérience leur à apportée beaucoup de choses qui ne sont pas forcément mesurable ni quantifiable.

Au de la des souvenirs nous sommes content de constater que les enfants se sont appropriés certaines valeurs auxquelles nous tenons comme l’écologie ou l’altruisme. Cela leur arrive de ramasser des papiers laissés sur le trottoir et nous disent “les gens ils sont mal polis”. En effet le contact prolongé avec les personnes adultes et plus spécifiquement les parents est un excellent moyen de transmettre des valeurs.

« Vous n’allez pas pouvoir en profiter »

Il est vrai que partir avec des enfants aussi jeunes n’a pas été tous les jours une partie de rigolade. Cependant, nous nous remémorons ces instants passés ensemble avec de la nostalgie. La preuve est que nous comptons repartir bientôt pour un voyage en famille de quelques semaines.

Malgré les enfants nous avons tenus à visiter le maximum des sites et points d’intérêts qui se trouvaient sur notre chemin. Nous avons fait des treks dans la jungle, nous avons assisté à quelques spectacle sur la plage, nous avons pu faire du snorkeling à quelques miles de la cote, nous avons visité un atelier de fabrication de meuble en bois etc. Cela était certes plus fatigant que si nous l’avions fait seul mais bon on l’a fait!

Confort vs inconfort

Nous sommes convaincus que ce sont ces conditions inconfortables qui nous font grandir. Tout ce qui vous fait sortir de votre zone de confort est bénéfique sur le court, moyen ou long terme. Rester dans sa zone de confort au contraire nourrira vos plus grands regrets. Le poisson rouge qui a pour environnement son bocal reste petit. Au contraire lorsqu’il vit en liberté.

Ceux  qui ne prennent aucun risques n’ont pas d’emprise sur leur propre vie. Ils sont tel une barque que les flots emmènent au large sans pouvoir rien y faire.

L’inconfort vous mène vers un horizon imprévisible. Et c’est l‘imprévisibilité qui nous pousse grandir. Car cela vous pousse à trouver la meilleur façon de surmonter la difficulté.

L’inconfort peut venir de ces 3 situations

1/ Cette situation vous est imposé (vous vous faite viré)

2/ Quelqu’un vous ammène a l’inconfort (role des parents). Contrairement a notre instint de parent il ne faut pas soulager systématiquement l’enfant dans une situation inconfortable. Il faut les amener a dépasser leur limites. Le voyage peut être l’occasion de tester ses limites et de trouver la meilleur réponse possible dans le but de grandir les uns avec les autres. J’ai par exemple entendu parler d’un couple voyageant avec leurs enfants qui ne s’entendaient pas très bien (les enfants). Ce voyage les a poussé a trouver une solution pour que leur vie ne soit pas un enfer. On dit que c’est au contact des autres que l’on voit nos propre défaut.

3/ vous-même. Rosa Park qui décide de se rebeller contre l’ordre établie. Elle amena le pays a remettre questions ces propres loi et a changer l’ordre établi.

 Le temps passé auprès des enfants est plus valorisé à leurs yeux que n’importe quel cadeau ou jouet. Ce voyage, nous en sommes certains, contribuera à leur développement, les aura sensibilisé à l’environnement qui les entourent. Il leur aura donné une vision plus large que si on était resté chez nous. 

 Les parents quant a eux auront l’occasion de se retrouver dans un contexte totalement inédit. Vadrouiller en famille. Voir l’un et l’autre dans des conditions qui sortent de l’ordinaire. Le voyage est aussi le moyen d’apprendre à se connaitre, expérimenter de nouvelles choses. 

 Pour être soi même il faut savoir s’affranchir du regard des autres et surtout de celui de nos proches. Le voyage est selon nous un moyen privilégié de se connaitre et de créer un lien familiale fort et solide. Un objectif aussi ambitieux nécessite un travail difficile et une sortie de notre zone de confort. Le jeu en vaut la chandelle ne vous laissez pas décourager par votre entourage.